La cruroplastie implique une résection de la peau et de la graisse dans la région interne de la cuisse. En cas d’excès et de perte de poids, la zone du corps, qui est généralement plus flasque en soi que les autres zones, présente une augmentation de la quantité de peau à faible tonicité et une plus grande élasticité.

C’est aussi une zone qui a tendance à accumuler beaucoup de graisse, ce qui produit un grand inconfort chez les patients qui en souffrent, une friction excessive qui produit une forte irritation, des abrasions (éraflures), des odeurs, des infections fongiques et une usure du pantalon par frottement excessif des cuisses.

Dans cette chirurgie, en fonction de la quantité de peau à réséquer, on conçoit une coupure qui pourrait être confinée à la région inguinale (s’il y a tant de peau en excès). S’il y a beaucoup de peau et de graisse, une procédure combinée est effectuée avec une liposuccion et une résection de l’excès de peau, en localisant le dessin de l’aine à la face interne du genou.

Bien que la coupure soit importante, les résultats sont très encourageants, car ils ont permis de supprimer tous les désagréments décrits ci-dessus et d’offrir au patient une meilleure qualité de vie. En général, cette intervention est réalisée sous anesthésie sous-arachnoïdienne (dans le dos), nécessite une préparation préalable avec une série d’analyses de laboratoire, une évaluation cardiovasculaire, une évaluation pré anesthétique et si tout va bien, procéder à une chirurgie.

Cruroplastie ou lifting des cuisses

Le lifting des cuisses (ou dermolipectomie des cuisses) consiste à déplacer l’excès de peau situé à l’intérieur des cuisses. Cet excès, souvent inesthétique, peut causer de l’inconfort lors du port de vêtements.

Plusieurs types de traitements de lifting des cuisses sont disponibles. Il existe des méthodes qui répondent entièrement à vos besoins :

  • le lifting vertical de la cicatrice s’effectue en cas d’excès de peau, principalement sur la largeur des cuisses. Elle cause une cicatrice le long de l’intérieur de la cuisse, même au-delà du genou dans certains cas
  • le lifting cicatriciel horizontal est conçu pour corriger l’excès de peau sur toute la longueur de la cuisse. L’amélioration est plus modérée, mais la cicatrice est plus discrète, située dans le pli de l’aine. Pour s’assurer que la peau tirée reste en place, elle est enfoncée profondément dans le ligament de la cuisse. Cette liaison entraîne des dépressions qui ressemblent à de la cellulite qui disparaît spontanément après quelques semaines
  • la cicatrice en T est une combinaison des deux techniques précédentes et est réalisée pour corriger un excès de peau à la fois le long de l’intérieur de la cuisse et autour de la cuisse

Cruroplastie : lignes directrices pour la procédure

Selon le cas, l’intervention est réalisée soit sous anesthésie locale assistée en ambulatoire, soit pendant l’hospitalisation de 24 à 72 heures sous anesthésie générale. La durée de l’intervention varie entre 2 et 3 heures et demie en fonction de la quantité de travail à effectuer. Dans la plupart des cas, la liposuccion est pratiquée pour éliminer l’excès de graisse sur toute la circonférence de la cuisse. Aucun drain n’est inséré.

Cruroplastie : effets postopératoires

La douleur est variable, généralement légère et principalement due à la liposuccion. Les pansements sont semi-perméables, les douches sont donc autorisées. La cicatrisation complète est obtenue en 2 à 3 semaines. Des pansements spéciaux devront être appliqués sur les cicatrices, même après la cicatrisation, pendant 2-3 mois pour améliorer leur apparence.

Parfois, un traitement anticoagulant quotidien peut être prescrit pendant 8 à 10 jours pour réduire le risque de complications. Le port d’un vêtement de compression (culotte) est recommandé 24 heures par jour pendant 1 mois. Le patient peut retourner au travail entre 1 à 4 semaines après l’intervention, selon son emploi. La reprise de l’activité sportive varie de 4 à 6 semaines.

Cruroplastie : résultat

Le résultat final est obtenu après 6 à 12 mois, surtout en raison du temps nécessaire à la cicatrisation. Les cicatrices sont longues mais discrètes en raison de leur qualité et de leur clarté une fois guéries. Ils sont bien placés et invisibles à l’avant comme à l’arrière lorsqu’on se tient debout avec les pieds en position de marche (la position la plus fréquente).

Cruroplastie : risque de complications

Comme pour toute intervention chirurgicale, des complications peuvent survenir. Mais la probabilité de ces complications est réduite entre les mains d’un chirurgien plasticien qualifié et en présence d’un anesthésiste compétent. Le respect par le patient des instructions données par le chirurgien est également essentiel :

  • Arrêter de fumer 1 mois avant et après l’intervention (réduction de tous les risques)
  • Arrêt de la pilule deux mois avant et après l’intervention (réduction du risque de phlébite et d’embolie pulmonaire)
  • Ne pas prendre d’aspirine pendant 10 jours avant et après l’intervention (risque réduit d’hématome)
  • Le cas échéant, atteindre le poids cible déterminé par votre chirurgien avant l’intervention (réduire le risque de phlébite et d’embolie pulmonaire et le risque d’un mauvais résultat esthétique)

Les complications rares qui peuvent survenir comprennent, entre autres, le risque d’hématome, d’infection, de cicatrisation et de complications thromboemboliques (phlébite).En cas de complication, des mesures appropriées seront prises.

Cruroplastie et couverture d’assurance maladie

Comme la cruroplastie est une procédure considérée uniquement à des fins esthétiques, aucune couverture n’est fournie par l’assurance-maladie.

Dans certains cas (excès de peau après une perte de poids importante ou après une chirurgie bariatrique), un remboursement partiel du coût de l’intervention peut être envisagé après accord préalable. Dans ce cas, le médecin-conseil de votre caisse d’assurance maladie devra vous examiner.

En cas d’accord préalable, vous serez responsable des honoraires supplémentaires du chirurgien et de l’anesthésiste qui seront remboursables en tout ou en partie par votre assurance maladie.